Sport

Après la victoire contre la Tunisie (2-0), dimanche dernier à Franceville pour le compte de la première journée du groupe B de la Can 2017, le Sénégal s’apprête à jouer, ce jeudi son second match contre le Zimbabwe. Un match difficile, si on en croit le sélectionneur des «Lions», Aliou Cissé.
« Il n’y a pas de doute que le deuxième match est toujours très difficile à négocier car souvent décisif », souligne Aliou Cissé au cours de la conférence de presse d’avant match. Il signale par ailleurs qu’ils sont déterminés à passer le second tour de cette compéttition. «C’est notre objectif premier, même si on prend match par match», dit Aliou CisséParlant de l’adversaire à savoir le Zimbabwe, le sélectionneur dit reconnaître les qualités de son adversaire et qu’il n’est pas surpris de sa prestation contre l’Algérie.«Nous allons vers un match difficile et si le Zimbabwe a surpris certain, ce n’est pas mon cas car je suis cette formation depuis quelques temps», renchérit notre conférencier du jour qui se dit optimiste pour l’issue de ce match.«Nous nous sommes bien préparé et avons beaucoup récupéré avec l’aide du staff médical d’autant plus que le match contre la Tunisie fut difficile physiquement», répond Aliou Cissé aux journalistes.

Leur prestation dimanche dernier face à l’Algérie a marqué les esprits. Pour avoir malmené les Fennecs, grandissimes favoris de la CAN 2017, les Warriors, adversaires des Lions jeudi, suscitent plus de respect. L’Algérie a frôlé la défaite. N’eût été la classe de leur Ballon d’Or Riyad Mahrez, les Fennecs auraient fait les frais de la furia des warriors du Zimbabwe qui les ont ballottés jusque dans les ultimes instants du match.Ce score de 2-2 est presque une aubaine pour l’équipe de Georges leekens. L’équipe venue d’Afrique australe qui n’en est pourtant qu’à sa troisième participation à une CAN a ainsi fortement marqué les esprits. Au point de susciter la méfiance chez son prochain adversaire, le Sénégal. «C’est une très bonne équipe. Il faudra être méfiant», prévient même Pape Seydou Ndiaye. le jeune gardien de but des lions, certainement impressionné par la prestation des Zimbabwéens face à l’Algérie en lever de rideau de Tunisie / Sénégal de dimanche dernier.Son coach ne dit pas autre chose. «Le Zimbabwe a donné du fil à retordre aux Algériens. C’est une équipe qu’il faut prendre au sérieux. Je peux vous garantir que c’est une très belle équipe. Nous nous attendons à un match difficile tout simplement», a déclaré le sélectionneur Aliou Cissé juste après la victoire de son équipe face à la Tunisie.

Et de deux pour le Chef de l’Etat qui a foulé hier le sol de la banlieue. Macky Sall, dans le cadre de l’inauguration du stade Alassane Djiggo de Pikine dit avoir « instruit à son gouvernement de procéder à un maillage du territoire en infrastructure de dernière génération avec toutes les normes requises. »
C’est un ouf de soulagement pour les populations de Pikine qui se sont mobilisées afin de réserver un accueil chaleureux au Chef de l’Etat Macky Sall. Le monde sportif n’a pas été en reste du fait que toutes le écoles de football ont inondé le gazon synthétique afin de le contempler. Selon le président de l’Odcav de Pikine, c’est une promesse qui vient de réaliser Macky Sall. « Nous devons tous être fier de ce geste car ce stade était dans des conditions déplorables. Tel un champ de patate, personne n’était fier de le voir ainsi. Mais grace à Macky et au ministre des Sports, nous sommes fiers aujourd’hui et il faut le préserver car sa rénovation a couté de la tête au pied »indique Amadou Sy. Une infrastructure qui comprend deux tribunes, un gazon synthétique, des grilles de protection et un éclairage aussi de dernière génération. A en croire le Chef de l’Etat, il fait que toutes les régions soient dotées de stade. « Je l’ai dit au Gouvernement qui est déjà à pied d’œuvre afin de tout faire pour que les jeunes puissent s’épanouir et hisser le sport vers le sommet. Il s’agit de la construction des stades de Kédougou, de Ndiarem, de Ngalandou Diouf, de Mbao etc. », ajoute-il.
Dans le même ordre d’idées, le Chef de l’Etat a laissé entendre que « le programme de revalorisation de la banlieue est annoncé avec l’élargissement des routes notamment avec celle des Niayes de 23 km et de voiries intégrées. De doter de 5, 7 km de route pour le programme de modernisation des villes n du programme de mise hors d’eau et de restructuration de Pikine irrégulier sud entre autres. » A ce titre souligne Macky Sall, « Pikine croit aux valeurs qui fondent l’émergence. Les populations croient au travail et à la sueur de leur front. »
Au terme de son discours, Macky Sall a prié pour les lions devant disputer la Can au Gabon.
Joe CISSE

« Chers Lions du Sénégal, je voudrais, avant tout, vous présenter mes meilleurs vœux de bonne année 2017 dont le plus ardent est, très certainement, de gagner la CAN.

A quelques jours de votre départ pour cette compétition, c'est avec enthousiasme et espoir que je vous remets, en ce haut lieu de la République, le drapeau national, symbole de notre souveraineté.

Avec confiance aussi, car, vous bénéficiez, sans réserve, du soutien indéfectible de votre peuple.
Vous bénéficiez, également, du soutien de tous vos compatriotes de la Diaspora, en particulier ceux vivant en Afrique centrale.

Vous portez, sur vos épaules, la lourde responsabilité mais aussi l'honneur insigne, de défendre les couleurs nationales.
Vous partez, forts de cet élan populaire, empreint de chaleur et de générosité.

Vous partez, forts du classement de la FIFA qui a déclaré le Sénégal première Nation africaine de football.
Vous partez, forts du legs précieux de vos anciens, depuis Asmara en 1968 et récemment, depuis le Mali en 2000 et la Corée en 2002.

Vous pouvez puiser dans notre riche histoire sportive des repères et des ressources nécessaires pour tisser les fils de la victoire.

Vous vous souviendrez de toutes les performances du football de votre pays ainsi que de ses figures emblématiques.
Je peux nommer : Oumar Guèye Samb, El Hadji Malick Sy Souris, Louis Camara et Matar Niang.
Je peux nommer feu Yérim Diagne, feu Jules François Bocandé, et feu Christophe Sagna.

Je peux nommer tous vos aînés de la génération 2002 et tant d'autres.
Je n'oublie pas vos sélectionneurs tels feu Mawade Wade, Joe Diop, Yatma Diop.

C'est l'occasion de saluer encore la mémoire de Bruno Metsu arraché à notre affection il y a deux ans et qui a été de la grande aventure de 2002.

Dans cette mémoire vivante de nos performances, je voudrais vous réitérer mes chaleureuses félicitations pour le parcours sans faute, marqué par des victoires nettes qui vous a valu cette brillante qualification.

Mesdames, Messieurs,

La présente cérémonie constitue un moment crucial dans la grande marche de notre football.
Je sais que vous êtes animés par l'ardent désir de combler de joie tous les Sénégalais en imposant votre talent et votre puissance à ce grand rendez-vous du football africain.

La prestigieuse Coupe d'Afrique des nations est une fête des peuples d'Afrique, le concert de génies de la jeunesse africaine et l'hymne à la conquête des équipes d'Afrique.

Vous y allez, je le sais, avec l'envie légitime de gagner et l'esprit de fairplay qui est l'éthique même du sport.
Au Gabon, vous allez écrire, pour notre football, de nouvelles lettres de noblesse et porter ainsi notre pays sur les cimes du sport africain.

Vous en avez le talent, le potentiel et la carrure.

C’est parce que la Nation reconnait et apprécie, à sa juste valeur, vos aptitudes et qualités remarquables que le Gouvernement continuera de vous apporter tout le soutien moral, matériel et organisationnel nécessaire.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez le Sport en général et le football en particulier, vecteurs de développement collectif et d’épanouissement individuel, constituent des piliers essentiels du Plan Sénégal Emergent.

Dans ce cadre, j’ai engagé le renouveau de notre politique sportive, à travers notamment la réalisation d’infrastructures majeures, la professionnalisation du secteur, la promotion des petites catégories et le développement des métiers sportifs.

C’est le lieu de saluer les performances enregistrées récemment dans les différentes compétitions africaines par l’équipe nationale de football Junior et celles de football de plage.

Je saisis cette occasion solennelle pour vous inviter à travailler, sans relâche, pour égaler, voire dépasser ces exploits.

Dans cette perspective, je vous demande, lorsque vous serez sur les terrains de jeu du Gabon, de faire, plus que par le passé, preuve de rigueur, de discipline et d’humilité.

En votre qualité de d'ambassadeurs du Sénégal, vous devez avoir, en toutes circonstances, un comportement irréprochable, en restant attaché aux valeurs de courage, d’honneur, de dignité et de respect de l'autre.

Représenter le Sénégal à cette haute compétition, exige, de chaque membre de la délégation, un sens élevé des responsabilités et un engagement patriotique, trempés dans nos vertus cardinales.

Je ne saurais conclure sans féliciter et encourager la Fédération Sénégalaise et tous les acteurs du Football, mais aussi et surtout le Ministre des Sports, Matar BA pour le travail remarquable accompli à la tête de ce département.

Je voudrais, enfin, saluer et encourager chaleureusement la communauté des supporters du « 12éme gaïndé ».
Chers lions de la Téranga, faites en sorte que Gabon 2017 soit le meilleur moment de notre participation à une Coupe d’Afrique des Nations.

Imposez-vous comme viatique, l’unité et la solidarité en faisant corps avec le PEUPLE, restez sur la voie de la discipline pour atteindre le sacre, votre unique BUT, ayez la FOI en bandoulière pour transcender les épreuves sur le chemin de la victoire.

Vive l’équipe nationale de Football.
Vive le Sénégal.
Bonne chance ! »

Page 1 sur 6

Senwebactu TV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rubriques

Presse Nationale

Presse Internationale