Religion
mardi, 11 avril 2017 14:28

BAKARY SAMBE : « LES ATTAQUES SALAFISTES CONTRE LES CONFRERIES RELEVENT D’UN AGENDA GLOBAL VISANT LA STABILITE DU PAYS ET LE VIVRE ENSEMBLE »

Écrit par

Suite à la sortie des organisations mourides signataires d'une déclaration pour dénoncer les attaques salafistes contre les confréries et les marabouts, Dakaractu s'est entretenu avec le Dr. Bakary Sambe, coordonnateur de l'Observatoire des Radicalismes et conflits religieux en Afrique.

"Ils s'étaient recroquevillés dans des groupes sur les réseaux sociaux pour se faire oublier au moment où la menace terroriste et les mesures sécuritaires constituaient une épée de Damoclès en atténuant leurs positions sur les confréries pour gagner des alliés circonstanciels. Et il y a eu, ces derniers temps, une forme de mise en confiance qui les a relativement normalisés. J'ai toujours contesté la thèse selon laquelle, ils n'étaient pas pour la violence et soutenu le fait qu'ils n'ont pas encore les moyens de la violence physique. Ils sont tous les jours sur le terrain de la violence symbolique en s'attaquant à la foi des autres, en chassant des Musulmans qui ne leur ressemblent pas des mosquées à Rufisque, de Guédiawaye et sur le campus de Dakar", analyse longuement, le Dr. Bakary Sambe, suite aux sorties des leaders salafistes contre le système confrérique sénégalais, "leur ennemi à abattre pour faciliter la jonction avec les courants extrémistes extérieurs avec des enjeux financiers énormes", rappelle-t-il.

Les attaques récurrentes, ces derniers temps, contre le mouridisme notamment et les autres confréries de la part de responsables salafistes, relèveraient selon Bakary Sambe, d’ « un agenda global que ces mouvements n’ont jamais abandonné malgré des accommodations et même les tentatives d’infiltration des confréries ».

Il signale que « la déclaration des mouvements et associations mourides arrive à son heure et c’est un signe de prise de conscience d’un danger rampant cherchant à saper notre cohésion sociale et notre modèle religieux garant de la stabilité et de la coexistence entre les communautés de ce pays. Le Sénégal est le hub final visé comme l’ont souligné les dernières menaces d’Iyad Ag Ali. Aujourd'hui, ce sont les confréries, demain ce sera l'État ».

Pour le spécialiste sénégalais du militantisme islamique et des réseaux transnationaux, « le projet n’a jamais changé depuis l’ouvrage Adwa’un Ala Sinighâl (Lumière sur le Sénégal) dans les années 90 où cette tendance expliquait que la réalisation d’une société sénégalaise véritablement islamique ne sera possible qu’après la disparition des confréries et la connexion du Sénégal à l’islamisme mondialisé. »

« En fait, il ne leur reste plus que le Sénégal avec des confréries comme rempart et qui est demeuré, jusqu’ici, un îlot de stabilité dans un océan d’instabilité qu’est notre sous-région. Ils ont semé leurs graines au Mali et le terrorisme y pousse allégrement au Nord comme au centre avec un pays déstabilisé pour encore plusieurs années Le salafisme politique a mis le feu partout où on lui a laissé le terrain libre sans des systèmes de résistance comme nos confréries : Afghanistan, Mali, Nigéria, etc »


D’après Bakary Sambe, "ces mouvements salafistes n’ont jamais abandonné un tel projet". Il revient à ce propos sur la thèse de Mouhammad Ahmad Lô soutenue en Arabie Saoudite, sur « la sacralisation des personnages dans la pensée soufi », largement diffusée avec des moyens financiers colossaux et qui considérait la majorité des Sénégalais comme des « impies » (kuffâr) en s’attaquant aux confréries qu’il a accusées de « Shirk », d’associationnisme ». Et, on connaît la logique, s’ils vous déclarent impie votre sang devient « halal », licite ! (damuhum halal). "Ces théories sont librement enseignées à Dakar et les salafistes sont en train d'élargir leur champ d'action notamment dans la région de Louga avec un appui médiatique et logistique, tel qu'une récente recherche scientifique l'a bien mis en évidence".

« Les dirigeants salafistes ont profité d’une simple déclaration d’un jeune garçon que tous les responsables mourides ont vigoureusement dénoncée pour s’attaquer au mouridisme avec des accusations de « Shirk », alors que Serigne Touba a consacré pas moins de 19 écrits célèbres au Tawhid. « Ils cherchent toujours la faille pour réaliser leur projet avec des moments de repli et des temps d'action quand ils se sentent en force; c’est ce qui a amené leur chef de file, de manière à peine voilée, à s’engouffrer dans la brèche pour s’attaquer au respectable Serigne Mountakha Mbacké », martèle Bakary Sambe.


Selon le Directeur du Timbuktu Institute, la thèse d’Ahmad Lô, qui a qualifié la Tijaniyya de voie « hérétique », à l’époque décriée par feu Cheikh Tidiane Gaye de Louga, a maintenant fait des émules et que les mouvements salafistes, dans leurs différents courants –frères musulmans dans nos campus comme wahhabites dans la banlieue – sont depuis longtemps dans une stratégie de « Taqiyya » ; cette « ingénieuse manière de dissimuler leur agenda, le temps que le rapport de force leur devienne favorable. C’est ainsi qu’ils essaient d’endormir les autorités politiques en infiltrant même les partis politiques jusqu'à l’Assemblée nationale »


« Ils sont la porte de pénétration de notre pays par des réseaux étrangers hostiles à notre modèle politique démocratique et religieux confrériques. Les signaux et les gages de loyauté sporadiques à l’Etat et à ses autorités ne sont que pure duperie. Leur agenda n’est pas le nôtre, n'est pas dans l'intérêt de la stabilité de notre pays », conclut Bakary Sambe qui appelle à une "prise de responsabilité des autorités" telle qu’y a insisté la déclaration des mouvements et collectifs scientifiques mouride.

Lu 153 fois Dernière modification le mardi, 11 avril 2017 15:27

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Senwebactu TV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rubriques

Presse Nationale

Presse Internationale