International

Fin d’exil pour le Commandant Aboubacar Sidiki Diakité dit « Toumba ». L’ex aide de camp de l’ancien Président guinéen Dadis Camara au Sénégal, depuis des années, a été extradé hier. Selon son avocat Me Baba Diop cité par le quotidien Enquête, les autorités guinéennes sont venues le chercher aux environs de 16 heures à la prison du Camp pénal de Liberté VI où il était détenu depuis le 20 décembre dernier, suite à l’exécution d’un mandat d’arrêt lancé par la justice de son pays. C’est aux environs de 18 heures qu’il a embarqué vers la Guinée à bord d’un vol commercial régulier. Toumba Diakité doit être remis à la justice de son pays afin de répondre du massacre du 28 septembre 2009 en Guinée, au cours duquel plusieurs femmes ont été violées et plusieurs opposants tués.

Recherché et inculpé par la justice guinéenne d'assassinat, de complicité d'assassinat, de meurtre, de complicité de viols en réunion, de séquestration, etc, le commandant Aboubacar Sidiki Diakité, alias Toumba, a été extradé dimanche soir 12 mars vers son pays, la Guinée, par la justice sénégalaise rapporte le site Dakaractu.

Toumba Diakité est arrivé peu avant 19h30 à bord du vol régulier de Bruxelles Airlines, il a été récupéré juste au bas de la passerelle par une équipe mixte des forces de l'ordre et escorté sous haute surveillance, probablement vers la maison centrale de Conakry, selon une source généralement bien informée. Son extradition a été confirmée à Dakar par son avocat sénégalais, Me Baba Diop, qui l'a jugée « grave parce qu'il y a eu recours pour excès de pouvoir » contre cette extradition.

Ce recours contre l'extradition, approuvée par la justice sénégalaise en janvier et aussitôt avalisée par décret du président Macky Sall, aurait dû selon Me Diop être suspensif, estimant qu'il s'agissait par conséquent « d'une expulsion et non d'une extradition ».

Cela dit, visé par un mandat d'arrêt international, il a été arrêté le 16 décembre par des gendarmes à Dakar où il vivait sous « une identité d'emprunt » et après avoir subi plusieurs changements d'apparence.

Les choses se corsent pour l’ancien patron de la NIA gambienne et ses six hommes arrêtés en même temps que lui. Yankuba Badjie a été présenté hier devant un juge qui l’a inculpé et placé sous mandat de dépôt pour le meurtre d’Ebrima Solo Sandeng, ce membre de la Coalition de Barrow décédé dans les locaux des services spéciaux en juillet dernier. Les mêmes sources renseignent que Badjie et ses « gars » sont aussi poursuivis pour complot en vue de troubler l’ordre public

Le ministre tchadien des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat, a été élu lundi à la tête de la Commission de l’UA, où il remplace la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.
Le suspense a été de courte durée : le Tchadien Moussa Faki Mahamat a été élu président de la Commission de l’Union africaine (UA) avec 39 voix sur 54.
Au terme des trois premiers tours de scrutin, le Sénégalais Abdoulaye Bathily, la Botswanaise Pilomina Venson-Moitoi, et l’Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy ont été éliminés. Les deux finalistes, le ministre des Affaires étrangères tchadien et son homologue kényane Amina Mohammed ont été départagés à l’issue de trois autres tours. Moussa Faki a ensuite été élu à l’issue d’un septième et dernier tour.
Il succède à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.
« Je mesure la tâche qui est dorénavant la mienne en tant que président de la Commission de l’Union africaine, a réagi Moussa Faki Mahamat à l’issue du vote. Je ne sais pas comment le vote s’est déroulé car je n’étais pas dans la salle mais j’imagine que mon expérience, ma vision ont convaincu. Je mesure le poids de la charge. »
Au poste de vice-président de la Commission, c’est le Ghanéen Quartey Thomas Kwesi qui l’a emporté.
jeuneafrique.com

Page 1 sur 16

Senwebactu TV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rubriques

Presse Nationale

Presse Internationale